Vie et témoignages d’une classe prépa

Prépa ou CPGE [mot féminin]: Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles de Commerce (comme HEC ou Skema)

lfv

 Le Lycée Français de Vienne

Tout d’abord, nous voulons vous tester! Quelle idée avez-vous d’une prépa?

Généralement, l’idée qu’on se fait de la prépa est assez négative. Une montagne de travail, des profs antipathiques, des horaires impossibles et un stress quotidien. Beaucoup de témoignages d’élèves révèlent qu’ils ont été sous antidépresseurs, ou que la compétition était telle qu’ils ont abandonné. Il faut dire que pour intégrer la deuxième année de CPGE, un écrémage est fait.

Sachez cependant que ceci est vrai, et que les élèves préparatoires ont beaucoup de mérite.

Et sinon, nous, ça va?

« Un autre monde est possible »

– Mr. le Professeur  d’ESH

Oui, nous ça va plutôt bien.

L’ambiance de classe est agréable, aucune compétition ne se sent. Comme on vient presque tous de l’étranger, la seule famille que nous avons à Vienne, ce sont les amitiés que l’on crée. Tout le monde se sert les coudes et s’entraide. De plus, nous ne sommes que 20 dans notre classe (et l’année dernière, ils étaient 8) contre 40 en moyenne pour les prépas françaises. Une très bonne opportunité, en somme.

Les professeurs sont soucieux de notre bien-être et compréhensifs si problèmes familiaux/santé/intégration ou tout simplement baisse de morale il y a. Leur but n’est pas de nous casser, mais de nous faire relever des défis et de nous entraîner à fond pour les concours.

Et puis, le cadre! Quoi de mieux que d’étudier dans une capitale classée première dans le monde pour son bien-être.

Tout cela à un prix?

9000 euros/par an, cantine comprise. (8000 euros sans, mais avec une heure de pause le midi, on conseille vivement de manger au lycée).

Le prix peut paraître très élevé. Cependant, il est possible de faire des prêts comme certains étudiants de notre classe.

Pour découvrir le Lycée Français de Vienne: https://www.lyceefrancais.at/home/

Pour découvrir la Prépa du LFV: http://www.prepavienne.at/

Mais laissons ses élèves nous en parler:

Eric Rucklin, élève en CPGE1 et venant tout droit d’Alsace, que nous remercions encore!

https://twitter.com/EricRucklin

Cet élève a réussi à concilier prépa et implication politique avec succès! S’épanouir en prépa n’est pas impossible!

Pourquoi avoir choisi Vienne et le regrettes-tu? 

J’ai choisi Vienne car c’est une ville chargée d’histoire, un lieu de la culture européenne et un centre de décisions mondiales.

Pourquoi avoir choisi de faire une prépa? 

J’ai choisi la prépa car c’est un enseignement pluridisciplinaire qui permet d’avoir des connaissances solides afin de faire une école de commerce en vue d’exercer un poste à haute responsabilité.

Raconte nous ton premier jour. 

Il fut assez marrant, cela ressemblait à une rentrée des classes de terminale avec des cours un peu plus intense.

Quelle est ton rapport actuel avec la prépa? Et avec les professeurs? 

J’ai un très bon rapport avec les professeurs qui sont d’une qualité que je n’ai jamais connue n France. Si vous voulez faire une prépa avec une expérience à l’internationale et des professeurs compétents, Vienne est le parfait package.

As-tu des lieux/astuces à nous conseiller? 

Je vous conseille chaudement l’épicerie fine « Beaulieu ». Allez la découvrir sur http://www.beaulieu-wien.at .

 11327297_10206635334792409_1211588644_n

Un des bords du Danube

________________________________________________________________________________

Un grand merci aussi à Kim Pichler, autre élève de Prépa venant de Vienne même, qui nous livre un témoignage franc et touchant sur son choix de parcours!

 Pourquoi avoir choisi Vienne et le regrettes-tu? 

À vrai dire, je n’ai pas “choisi” Vienne parce que j’y suis née. Après avoir passé mon bac au lycée français, je n’avais pas vraiment d’idées pour mes études… D’un côté je ne me sentais pas encore assez mature pour partir à l’étranger, mais d’un autre côté je n’avais pas envie de faire mes études en allemand: rester à Vienne, en prépa, était donc un bon compromis. Est-ce que je regrette mon choix… C’est une question que je me pose assez souvent. Étant donné que j’adore la ville, l’histoire est vite réglée, même si j’avoue que cela fait du bien d’aller prendre l’air en France de temps à autres, loin des viennois (qui eux ne sont souvent pas très sympa, malheureusement).

Pourquoi faire ses études en CPGE? 

Comme je l’ai dis précédemment, je n’ai pas choisi la prépa pour la prépa, mais je l’ai choisi parce que c’était finalement le seul moyen de combiner le français et Vienne. En plus, je me suis dis que je ne perdais rien en y allant, puisque c’est une excellente formation, utile autant pour la vie professionnelle que pour la vie quotidienne. Parce que ce qu’on oublie souvent de dire à propos de la prépa, c’est qu’elle permet, au-delà de toutes les connaissances acquises, d’apprendre à s’organiser, à s’intéresser au monde qui nous entoure, à tester ses limites et surtout, à réagir face aux défaites (parce que faire une prépa sans jamais échouer à un moment ou à un autre, c’est être inhumain).

Comment étais-ton premier jour?

Mon premier jour de prépa a été horrible. Je suis rentrée chez moi le soir, et je me suis effondrée, tout en me renseignant sur internet s’il était encore possible de s’inscrire à la fac à Vienne. Même si la date butoire n’était pas encore passée, j’ai finalement décidé de rester parce que cela aurait vraiment été bête d’arrêter sans même avoir essayé…

Quelle est ton rapport actuel avec la prépa? Et avec les professeurs? 

Actuellement, je suis un peu démotivée. L’été approche à grands pas, mais l’année scolaire est loin d’être terminée. On aimerait aller se poser dans un parc, mais malheureusement le seul endroit où on peut aller se poser, c’est à la bibliothèque pour travailler (l’auteur de l’article approuve en poussant un soupir). Mais bon, j’ai l’impression que tout le monde est dans le même cas que moi, et je sais que c’était pareil pour les “deuxième année” donc je relativise ! Et puis les profs sont sympas, donc ça facilite beaucoup l’affaire.

Quels lieux/astuces nous conseilles-tu, toi qui viens de Vienne? 

Un endroit où j’adore aller le week-end, c’est le25 hours. C’est un hôtel qui fait également restaurant au rez-de-chaussée et bar au dernier étage. C’est très sympa d’aller boire un verre sur la terrasse en été, surtout qu’il y a de la bonne musique et qu’on a une belle vue sur Vienne. Sinon, pour les Français qui auraient le mal du pays, il y a un café/restaurant, le Café Français, très sympa et où on mange très bien ! (je vous conseille le Club Sandwich: très bon, mais copieux !) Un autre restaurant, Le bol, fait également de la très bonne nourriture française, et puis le cadre est mignon. Mais je vous conseille fortement de réserver parce que c’est petit et toujours plein !

Si Kim vous a fait envie avec ses adresses (pour nous, c’est chose faite!), il ne vous reste qu’à cliquer sur les noms en gras. Enjoy!

________________________________________________________________________________

Et un grand merci à Romane Jubin, actuellement en Master 1 à Toulouse Business School, qui a passé ses deux années de prépa à Vienne et qui a volontiers accepté de répondre à nos questions ! Récit très intéressant sur son expérience viennoise et son vécu en école de commerce !

Allez aussi faire un tour sur son twitter https://twitter.com/Romane_Jb !

 Peux-tu nous raconter un peu ta scolarité à Vienne et pourquoi avoir choisi cette ville ?

Je suis arrivée à Vienne en terminale, pour suivre ma famille qui s’est installée là-bas. Vu que je trouvais la ville de Vienne superbe, je voulais en profiter au maximum. C’est pourquoi j’ai décidé de prolonger au maximum mon expérience à Vienne en y restant pour ma prépa. Autant profiter de l’occasion d’effectuer une partie de ses études à l’étranger !

Aussi, comme j’avais fait une terminale S, si je faisais une prépa en France, j’aurai dû intégrer une prépa ECS. Grâce à la prépa de Vienne j’ai pû intégrer une prépa ECE. Mon bac S m’a énormément aidé car j’avais de gros avantages en mathémathiques par exemple.

Pour ce qui est de ma scolarité au LFV, j’ai adoré. En effet, j’avais déjà habité à l’étranger mais j’étais scolarisée dans des établissements publiques du pays. Je ne pouvais donc pas partager mon expérience internationale avec mes camarades de classe. Déménager souvent, ça peut être très pesant et arriver dans un établissement où les gens ont tous vécu la même expérience, ça soulage !

Je voulais donc profiter au maximum de l’ambiance multiculturelle et de l’ouverture d’esprit des gens, chose qui, malheureusement, est très loin d’être présent partout. C’est une manière de voir les choses différemment, d’avoir une vision différente du monde et de la société.

Pendant la prépa, je recommande fortement de continuer à avoir une activité extérieure, au moins la première année. J’ai continué le théâtre pendant ma première année de prépa et c’était vraiment ma bulle d’air de la semaine ! Même si parfois c’était dur de concilier les deux (en particulier pendant la préparation de la pièce de fin d’année), je n’ai jamais regretté d’avoir continué cette activité.

En deuxième année de prépa, j’ai commencé à faire du jogging. Une activité qui n’a rien à voir avec la prépa est indispensable à un certain équilibre mental !

Comment se sont passé tes concours ?

Mes concours ont été une période très intensive. Comme tous les préparationnaires je suppose ! Je me souviens avoir dis à mes parents, très sérieusement, une semaine avant le début des concours « je n’en peux plus, j’arrête la prépa » ! Oui, ça peut parraître totalement disproportionné mais après deux ans de prépa et une période de révision qui semble ne jamais se terminer, il arrive qu’on ne soit plus cohérent dans ses propos. Heureusement pour moi, j’ai pris conscience des conséquences d’une telle décision et je n’ai pas lâché.

Juste après mes écrits, je suis allée quelques jours à Londres rendre visite à une amie. C’était pour moi un moyen de décompresser des mois précédents mais aussi pour faire enfin autre chose de mes vacances que réviser ! J’avoue que ça m’a aussi permis de « réviser » ma culture anglaise, car j’avais l’intention, pendant mes oraux, de mettre en avant le fait que j’avais habité plusieurs années en Angleterre.

Enfin, si j’ai un conseil à donner aux futurs admissibles, dès la fin de vos écrits, lisez toute la presse qui vous tombe sous la main. Personnellement, je lisait au moins un journal de bout en bout par jour. C’est important pour arriver aux entretiens et être capable d’argumenter avec des exemples actuels !

Qu’est ce qui t’as motivé pour avoir choisi TbS et comment cela se passe-t-il?

Pendant ma prépa, j’avais toujours voulu Audencia pour leur parcours académique orienté vers le secteur du culturel. Seulement, mes résultats en ont décidé autrement. J’ai été admise à Grenoble Ecole de Management (GEM) et à Toulouse Business School (TBS). Les deux écoles m’avaient plu pendant mes oraux (à part le fait qu’on m’ait oublié à la gare de Grenoble !), avec tout de même une petite préférence pour TBS où, vraiment, l’ambiance pendant les admissibles était survoltée !

GEM était mieux classée que TBS mais TBS offrait l’opportunité de choisir l’option professionnelle (la spécialisation du master 2 en quelques sortes) « Management des industries culturelles et créatives ». Le choix a était très dur. J’ai hésité jusqu’au dernier moment entre les deux écoles. Finalement, j’ai préféré opter pour l’école avec la spécialisation qui me correspondait plus et où j’avais eu de meilleures échos. Mes parents m’ont beaucoup soutenu dans mon choix et ne m’ont jamais obligé à choisir une école plutôt qu’une autre.

Concernant Audencia, il était hors de question pour moi de cuber pour espérer obtenir une « meilleure » école. J’avais eu ma dose de prépa, j’avais besoin de passer à autre chose. J’ai bien fait : TBS est aujourd’hui mieux classée qu’Audencia dans les classements !

As-tu des lieux/astuces à nous conseiller à Vienne?

J’adorais réviser à la Nationalbibliothek à Vienne. C’est le seul endroit où tu peux combiner travail intensif et cadre de rêve. En plus, pendant les pauses, il y a le parc juste à côté.

Pour les amateurs de glaces (et les autres !), je conseille vivement la Gelateria Hoher Markt. Pour moi, c’est là où les glaces sont les meilleures. Personnellement, je recommande leur glace à l’orange. Un délice !

Pour les petits curieux, allez jeter un coup d’œil dans la Peterskirche, on peut y voir de véritables squelettes !

Un autre endroit, aller prendre un verre au Café Neko, un café où clients et chats se côtoient. C’est particulier, mais à tester !


Maintenant, je vous invite à découvrir le témoignage de Sybil Moser (instagram: sybmoflax) qui a fait le choix de ne pas continuer la prépa mais qui en tire une bonne expérience! Elle nous parle aussi de son expérience à l’étranger et de ses lieux cools à découvrir!

 

Pourquoi avoir choisi Vienne/Le regrettes-tu?

A travers le travail de mon père j’ai déménagé il y 3 ans à Vienne donc cette ville n’a pas été un choix pour moi. Au début cela a été dur de m’habituer à Vienne car déménageant des Etats-Unis je peux dire que j’ai vécu un choc culturel. Mon début difficile n’était pas lié à la ville, car Vienne est une ville avec une très bonne qualité de vie, mais liée à des raisons personnelles. Après un an et demi a Vienne je m’y suis habituée et j’apprécie chaque jour de plus en plus cette ville, qui est pour moi très agréable a vivre.

Pourquoi avoir fait une prépa?

J’ai choisi la prépa de Vienne car elle était en continuité avec le Lycée Francais de Vienne. Dès le début je savais que je n’allais pas rester les deux ans et viser les concours, mais de faire une première année afin d’enrichir ma culture personnelle. Je ne savais pas avant où je voulais aller étudier et je me suis dis aussi de rester a Vienne et d’étudier en français serait une bonne chose.

Quelle est ton rapport actuel avec la prépa, les professeurs?

Mon rapport actuel avec la prépa est plutôt bon car aussi nous sommes à la fin de l’année. Pour moi c’est la dernière ligne droite et ensuite la prépa se termine, donc oui tous se passe bien. J’ai eu durant l’année aussi quelques moments de bas car la prépa peut toucher parfois le moral. J’ai eu des périodes où je ne trouvais absolument aucune motivation et je me suis demandé ce que je faisais là si je ne visais même pas les concours. Mais au final en s’approchant de la fin de l’année je ne regrette absolument pas d’avoir fais la prépa de Vienne car cela m’a permis d’enrichir ma culture personnelle et de me donner une méthode de travail régulière qui va surement m’aider pour la suite de mes études en université. Mon rapport actuel avec les professeurs est correcte. Durant l’année j’ai pu avoir quelques petites tensions avec certains professeurs car je ne donnais pas forcément mon maximum dans toutes les matières sachant que je ne visais pas les concours. Ils veulent ta réussite donc lorsque ils remarqueront que ton travail se relâche un peu , ils te le feront parvenir et t’encourageront à remonter. Les professeurs aussi soutiennent chaque élève qui veut se réorienter en deuxième année. Si tu as besoin de lettres de recommandation ou de conseils ils seront bien sur là pour t’aider. Ensuite ils t’aident aussi à ce que ton année de prépa soit reconnue au sein de l’université que tu choisis en deuxième année. Dans mon cas il y aurait possibilité que mon année de prépa soit même reconnu ici à Vienne au sein de l’université d’économie mais par contre ayant fais des demandes pour les universités aux Etats-Unis mon année ne sera dans ce cas pas reconnue.

As-tu des lieux/astuces à nous conseiller?

Ce qui concerne les lieux, il y a plein d’endroit à Vienne afin de bien manger en étant pas trop chers. Je conseille tout d’abord le Nashmarkt qui se trouve à deux pas du premier arrondissement. C’est un marché où d’un côté on peut aller acheter ses produits frais, mais il y a aussi toute sorte de restaurant, orientaux, mais aussi grecques, italiens, japonais…. A voir sur le moment de quoi l’on a envie.

Il existe ensuite les Heurigen à ne pas contourner en habitant a Vienne. Beaucoup de Heurigen se trouvent dans le 19ieme qui est un arrondissement un peu plus loin du centre de Vienne. A la fin du moi d’août, le “Neustifter Kirtag” dans le 19ieme est à vivre, c’est un weekend entier où autrichiens ou non se retrouvent en habit traditionnel autrichien (Dirndl et Tracht) et boivent toute la journée et le soir de la bière ou du vin. Cela se termine assez tôt : minuit ou 1h du matin mais commence dès midi.

Les Kirtage sont typiquement autrichiens et en étant étranger à cette culture, cela peut être marrant d’avoir vécu au moins cela une fois dans sa vie.

 

Toi qui a déjà eu des expériences avec d’autres lycées français, peux-tu nous en parler?

Durant mon enfance et mon adolescence j’ai vécu dans plusieurs villes tel que Paris, Genève ou New York et maintenant Vienne. En comparant les Lycées de France et les Lycées Français à l’étranger, je peux dire que ceux a l’étranger sont en quelques sortes plus conviviaux. Des expatriés français se retrouvent a l’étranger et donc dans chaque ville se crée une communauté française . Il y a aussi beaucoup de personnes de diverses nationalités ce qui permet une pluralité culturelle importante qui est très enrichissante par rapport aux lycées en France où cela est plutôt rare hormis pour les lycées en France internationaux.

 

Si vous aussi, vous voulez aller en prépa, que ce soit à Vienne ou ailleurs, ou que vous hésitez pour votre enfant, nous sommes disponibles pour répondre à toutes vos questions.

Mail : jacketnesobre@gmail.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s