Lyon off limits

« Lyon ». Dites-le à voix haute. Voilà, comme ça, une seule syllabe, deux consonnes, deux voyelles. Vous entendez comme c’est mélodieux ? En prononçant le nom de cette ville, on entend la Saône se jeter dans le Rhône en son cœur, au niveau du « y ». Comment ne pas tomber instantanément sous son charme ? Si vous n’êtes pas encore convaincu -ce que je peux concevoir après seulement quelques lignes-, et même si vous l’êtes -ça fait toujours plaisir d’être conforté dans ses idées-, lisez la suite de cet article, et vous plongerez dans l’atmosphère d’une ville pas comme les autres.

Lyon-même, c’est 500 000 habitants (et tout autant de gens trop cool, mais comme je suis trop modeste pour me considérer comme trop cool, disons 499 999 lyonnais trop cool), ce qui laisse penser que Marseille, comme aiment le répéter les sudistes, est la deuxième ville française en laissant Lyon en troisième position seulement. « Si Paris est la capitale de France, Lyon est la capitale de la province » disait A. Thibaudet. Personnellement je préfère croire M. Thibaudet aux Marseillais. En terme d’habitants, Marseille triche sur ses chiffres, puisque pour atteindre le million dont elle s’enorgueilli, elle a incorporé son agglomération et a tout réuni sous le nom de Marseille. C’est grâce à ce subterfuge que Marseille est la deuxième VILLE de France. Mais a-t-il encore un sens aujourd’hui de comparer la taille de villes seules ? Dans ce cas, que serait Paris sans Saint Germain ? Lyon sans Villeurbanne ? Strasbourg sans Schiltigheim ? On raisonne désormais, par la force des choses, en terme de métropoles. Paris intra-muros ne signifierait plus que quelques millions d’habitants ; comment rivaliser alors avec des villes géantes asiatiques a plus de 20 millions d’habitants ? Ainsi, Lyon en tant que région urbaine est la deuxième de France avec 2,2 millions d’habitants, et cela est indiscutable.

Lyon serait, toujours selon ces mêmes sudistes, une ville du nord. En vérité Lyon est, si l’on coupe la France exactement en deux parties d’exacte même longueur, un petit peu au Sud de cette limite. Mais la vraie question, vous en conviendrez, est de savoir quel est le climat le plus agréable. Selon vous, vaut-il mieux être au sud, Marseille par exemple, et atteindre les 35-40° en été, et en hiver, certes ne pas passer sous la barre des 5° mais ne pas avoir ni neige ni montagne pour skier ? Ou habiter à Lille, et avoir de la neige en hiver, mais ne dépasser que rarement les 20°, et avoir une mer de toutes façons trop froide pour s’y baigner ? Non, il est plus agréable d’avoir un peu de neige en hiver pour ne pas avoir froid en vain, et osciller entre 25 et 30° en été, juste assez pour avoir un été vraiment chaud sans fondre au moindre mouvement. Et je viens juste de décrire le climat Lyonnais, que demander de mieux ?

Lyon est non seulement une ville parfaitement située au climat doux et agréable, et une métropole au niveau international, mais c’est aussi, et surtout, une ville chargée d’histoire. Lyon, -Lugdunum pour les intimes- joue déjà un rôle décisif sous l’empire romain, puisqu’elle était la capitale des Gaules. Elle a également vu naître différents empereurs romains tels que l’empereur Claude. Lyon a donc, comme Rome à son Colisée ou Nîmes a ses arènes, son amphithéâtre, et un superbe musée gallo Romain qui atteste de ce passé glorieux. Tout aussi glorieuse mais moins ancienne, la basilique de Fourvière se veut la Tour Eiffel lyonnaise. Tout comme cette dernière, elle surplombe la ville de sa majesté, et témoigne de sa richesse. Il s’agit d’une église perchée au sommet d’une des trois collines de la ville, dont les dimensions rivalisent avec les plus grands cathédrales. De plus, une terrasse sur le côté de la basilique offre une vue imprenable sur tout Lyon. Au loin, la part Dieu (cette tour est surnommée « le crayon » par les locaux. Mais si, juste là, vous ne pouvez pas la rater), là, entre les immeubles, de longues rangées d’arbres, on y devine le Rhône, et, plus proche, la Saône. Le rectangle orange, entre les deux fleuves, c’est la place Bellecour, la place la plus célèbre de Lyon. Mais regardez un peu sur votre gauche : un petit chemin entre les buissons se dessine. Les rares touristes qui s’y aventurent, ou en général plutôt les autochtones, découvrent alors un parc tout en longueur qui descend la pente de la colline. En contrebas l’ambiance change. Nous sommes de retour au 18ème siècle, le quartier saint jean et troué de petites ruelles, de cours intérieures et de traboules. Traboule. Ce mot vous paraît sorti d’un autre siècle ? C’est normal, il en vient. Les traboules sont des passages à l’intérieur entre deux (ou plus) immeubles qui relient deux rues parallèles. Elles ont permis à Lyon de tenir un rôle clé dans la résistance pendant la seconde guerre mondiale. Comme vous avez pu le constater, chaque rue a son histoire dans cette ville aux multiples facettes, et je pourrais encore vous énumérer bon nombre de musées ou événements qui ont marqués l’histoire de la ville, tels que le musée de la confluence ouvert très récemment, ou au contraire, la maison des frères Lumières (ils ont inventé le cinéma, mais je savais que vous le saviez) dans le quartier de Montplaisir, mais nous avons tous mieux à faire, et en googlant « musée Lyon » vous trouverez sans problèmes d’autres articles qui vous les décrirons bien mieux que moi.

11840249_10204597415602344_423435093_o
Vue de Fourrière
11830181_10204597480563968_1414786191_n
amphitheatre des trois Gaulle
11851043_10204597469163683_325586894_n
musée de la confluence
11823792_10204597441562993_1444180500_n
Traboule
11846246_10204597485404089_1860150855_n
Théâtre romain
11855529_10204597428402664_1400891766_n
Vieux Lyon ou quartier Saint Jean

Pour finir sur une note un peu plus légère, si vous venez à Lyon avec des amis, vous trouverez sans problèmes pleins de sorties à faire, mais tant que j’y suis, je voulais vous donner quelques tips. Tout d’abord, en journée, allez bien entendu vous balader sur la presqu’île entre la place des Terreaux et la gare Perrache, en passant par Cordeliers et la place Bellecour. Mais ça, n’importe quel guide touristique vous le dira. Si vous voulez nous côtoyer, nous, les Lyonnais de l’intérieur, venez nous chercher sur les Berges Rhône, rive droite bien entendu. Toute la rive est aménagée entre le Parc de la tête d’or et le Parc de Gerland, qui sont deux Parcs où vous devez également absolument aller chiller (pour reprendre l’expression viennoise). Si vous voulez être plus tranquille, le parc de Gerland est préférable, si vous préférez un parc un peu plus kitsch, mignon, et familial, allez au Parc de la tête d’or. Vous parler des Berges sans donner de lieu plus précis pour profiter de la vue ou du beau temps peu paraître un peu vague, mais vous pouvez me faire confiance, si vous pensez cela c’est parce que vous n’y êtes jamais allé. Une fois sur place, on comprend que quelque soit soit l’endroit ou l’on s’assoit, la vue est superbe, que tout y est si bien aménagé qu’il y a toujours de la place partout, et qu’il s’agit de l’un des seuls endroits que je connaisse (et je m’y connais un peu, j’ai déménagé 5 fois et voyagé sur tous les continents, mais je sais bien que beaucoup en ont vu plus que moi) où l’on est jamais déçu, ou l’on peu se décaler de 100m tous les jours et toujours être à l’aise, où l’on s’amuse immanquablement, où des événements sont régulièrement organisés, et où l’ambiance n’est jamais la même. Si vous venez en été, il y a souvent des « open air » (concerts gratuits), ou des festivals.

11831466_10204597422002504_1931801363_o
Berges du Rhône
11830911_10204597472283761_1119468156_n
Parc de la tête d’or
11830273_10204597531965253_1771447897_n
Parc de Gerland

Le soir, je vous conseille le Charles sur la rue mercière près de cordeliers dans le 2ème arrondissement, où pour plus de calme et de classe, le damier des Brotteaux dans le sixième arrondissement. Après quelques verres, l’envie peut vous prendre d’aller vous défouler sur la piste, pas très loin du damier, dans la gare des Brotteaux sur la droite, il y a ma boîte de nuit préférée, le F&K. Il s’agit d’une boîte de bon standing, n’y allez pas si vous êtes en basket. Deux salles s’y trouvent, la première, plus grande, passé de la musique assez commerciale du moment style hip hop ou R&B. Dans la seconde salle en revanche, l’ambiance est plus hipster avec de la Drum&bass a la française ou de la deep house. Et si vous venez en hiver, la terrasse fumeur est très sympa, et chauffée.

11855527_10204597526365113_1907359317_n
F&K

Voilà, j’espère avoir pu partager avec vous ma passion pour cette ville que j’ai habitée pendant 6ans et qui m’a réchauffé le cœur par son ambiance chaleureuse.
A bientôt à Lyon !

– CS

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s